Naissance du projet

S&M pub est né lors d’un voyage que j’ai effectué au Japon en 2005. Le Japon est un temple de la publicité. Elle est présente partout et sous toutes les formes.

Lorsque j’ai pris connaissance de cette forme de publicité, c’était une évidence d’apporter ce concept en France. Le but de la publicité étant d’intéresser le client. Les paquets de mouchoirs sont attrayants, sympas et on a presque envie de les collectionner. De plus, ils font parti de notre quotidien. Proposer un paquet de mouchoirs aux prospects sera une bonne approche pour les interpeller.

C’est tellement inventif, original et ça correspond à une véritable demande. Les passants venaient tout les jours pour récupérer leur paquets de mouchoirs donné gracieusement.

Aujourd’hui, on peut trouver divers supports de publicité, tels que les médias, sur papier ou encore sur internet. Mon concept a parfaitement sa place dans son domaine avec son originalité et sa nécessité.

Ce qu’il faut savoir:

La première distribution de mouchoirs sponsorisés est apparue en 1969. Cette forme de publicité est utilisée presque uniquement qu’au Japon.

Contrairement aux prospectus, qui sont immédiatement jetés, les mouchoirs sponsorisés sont généralement gardés jusqu’à leur utilisation. Depuis que les consommateurs gardent ces mouchoirs longtemps, des études ont montré qu’ils ont un impact psychologique sur le cerveau, influençant ainsi les consommateurs à choisir une marque connue ou une entreprise qui a fait sa promotion au travers des mouchoirs sponsorisés.

Certaines entreprises choisissent également de joindre des boissons gratuites ou des coupons de réduction aux mouchoirs.

Pour les entreprises qui utilisent les mouchoirs sponsorisés, plus la qualité du mouchoir est bonne, plus l’image de l’entreprise le sera également.

Me moucher sponsorisé!

Avec la météo des derniers jours qui alterne entre neige, pluie et éclaircies, les bureaux et les tains surchauffés et les premiers pollen dans l’air, la saison des nez qui coulent commence en grande trompe. Du coup, le mouchoir jetable devient l’accessoire indispensable. Mais que faire si l’on est enrhumé et tête en l’air? Le problème ne se posera plus: si l’on a pas de mouchoirs en papier sur soi, il suffira de sortir dehors et de faire quelques mètres avant d’en recevoir gratuitement!

Chaque petit paquet contient une publicité insérée dans l’emballage.

L’avantage stratégique du paquet de mouchoirs par rapport au prospectus, c’est que général, le dernier est très rapidement jeté alors que le paquet fini toujours par trainer dans le sac ou pas loin de notre regard.

Bien sûr, avec le temps, je suis devenu spécialiste du mouchoir car plus le mouchoir est de bonne qualité , plus l’entreprise l’est également. Je connais donc de mieux en mieux les marques qui savent investir  pour mon nez sur le territoire Nippon.

Je ne rentrerais pas dans les détails des autres avantages publicitaires de ce marché mais en tout cas, la distribution de mouchoirs sponsorisés m’a souvent dépannée sous 35 degrés comme le -2 degrés!

Nos valeurs:

Notre esprit entrepreneurial est animé par une mission: rendre la publicité toujours plus attractives et utiles pour répondre à un besoin du consommateur.

La qualité et l’innovation combinées à notre modèle économique unique, sont des valeurs phares qui placent S&M pub dans une démarche de progrès permanent.

Nous accueillons la diversité comme un enrichissement. S&M pub adopte les mêmes principes envers tous, quels que soient leur âge, nationalité, orientation sexuelle, origine ethnique ou handicap.

Le marché:

Le marché des imprimés publicitaires a enregistré en 2014 un recul en terme de tonnage de 2% pour les adressés, et de 0,6% pour les non adressés, selon le dernier rapport annuel de l’institut de développement et d’expertise du plurimédia, l’Idep.

Mais le marché des imprimés publicitaires garde la confiance des annonceurs historiques, dont la grande distribution, d’après l’Idep. De plus, de nouveaux acteurs ont fait leur apparition, notamment des TPE/PME. Les petites entreprises communiquent davantage à travers des offres globales qui intègrent le papier selon les besoins dans leur mix média. L’imprimé publicitaire reste pertinent notamment pour tout ce qui se rapporte aux promotions sur des produits spécifiques. En revanche, les annonceurs maintiennent leurs efforts de rationalisation, en termes de pagination, mais aussi le câblage.

De forte variations des dépenses annonceurs suivant les supports. Les investissements publicitaires marketing direct représentent 8,1 milliards d’€uros, soit un peu moins d’un tiers du marché.

2016/2017
  • Mailings: -9,6%
  • Imprimés sans adresse: -1,5%
  • Autres éditions publicitaires: +3,2%
  • Autres: +0,6%

Malgré le recul de 1,5%, le marché des imprimés non adressés se maintient. Les prospectus ont toujours un impact significatif sur les ventes, notamment pour la grande distribution. En revanche, les dépenses de publipostage continuent à baisser de manière significative (près de 10%), ce type de communication étant plus coûteuse en termes de production et de distribution (coût du timbre).

Le grand format reste pénalisé par une réglementation de plus en plus contraignante. Par contre, l’affichage dans les transports et du mobilier urbain progresse. Les trois principales régies présentes sur ce marché ont su repenser ce support devenu dynamique.

Soutenu par les secteurs de l’alimentation, du luxe, et plus particulièrement par celui de l’hygiène beauté, le marché de la publicité sur le lieux de vente se porte bien. Les spécialistes de la PLV ont saisi l’opportunité du digital en intégrant de plus en plus d’écrans ou jeux interactifs dans leurs supports.

En 2017, les exportations ont chuté de 25%. Et les importations ont représenté 25% de la demande finale d’imprimés publicitaires en France contre 30% en 2013.

Ce recul des importations concerne, selon l’Idep, surtout les prospectus et les imprimés distribués dans les boites aux lettres, les annonceurs cherchant à rationaliser leur usage et limiter la pagination.

Le solde de la balance commerciale est toujours négatif, mais s’est redressé de 58000 tonnes, passant de -180000 tonnes à -122000. Ces documents imprimés en quantités importantes sont souvent produits à l’étranger, sous le pilotage de plateformes fonctionnant par appels européens, note l’institut.

La communication de masse est de moins en moins à la norme, les messages sont plus ciblés et intégrés dans des  campagnes multicanaux, afin de suivre au mieux les nouveaux parcours d’achats des clients. Le marché de la publicité connaît de profonde mutations, à la fois en termes de supports et d’espaces de communication, mais aussi dans les messages et les temporalités.

Les annonceurs sont de plus en plus attentifs à la portée de leurs messages et à l’évaluation de leur efficacité. Ils modifient plus facilement leur plans média et font preuve de plus de souplesse et de réactivité et testent d’avantage l’efficacité de leurs campagnes sur des zones spécifiques par exemple.

Votre Commentaire

Chargement ...